Skip to content

Vampire: La Mascarade [Interlude]

6 novembre 2009

Alice_In_Wonderland__Hatter_by_Ninjatic

Bonjour, mes petits!

Alors, ça faisait longtemps, n’est-ce pas? Tout d’abord, j’espère que vous allez bien, bonne soirée, happy halloween avec six jours de retard. D’ailleurs, ça me fait penser que j’aurai pu faire tout un article à ce sujet mais non, flemme intense et origines de Samhain déjà évoquées dans moults blogs avortés. De toute façon, on a peur de rien, même pas d’un chapelier fou avec le pim’s fétiche du Comédien attaché à son veston, ni d’une lune noire au sourire psychotique. Pour tout dire… En attendant la troisième partie de L’Ornemaniste des cauchemars, voici un petit interlude (intégré au récit, bien entendu) pour vous remettre en jambe.

Bisous mes chéris,

Lumi’

***

L’Ornemaniste des cauchemars

Interlude

Depuis l’année de sa fondation en 1684, rue Myrha, « La Dentellière Frivole » avait toujours accueillie une clientèle nombreuse mais relativement pauvre, au vu de sa situation stratégique en plein cœur d’un bas-quartier. Fort heureusement, l’établissement avait pu s’appuyer avec confiance sur le dicton « L’appel de l’amour fait les bons payeurs », pour subsister.
Mais cette nuit-là de l’an de grâce 1833, comme c’était toujours le cas en temps d’épidémie, la tenancière Armandine peinait à joindre les deux bouts. Les habitués passaient devant ses fenêtres sans s’arrêter, entassés bêtement dans des chariots, et les voyageurs provinciaux préféraient calculer leur itinéraire en évitant à tout prix la capitale. C’était un salle temps pour les affaires et elle avait même perdu huit filles en l’espace d’un mois.
Heureusement, elle pouvait encore compter sur des clients vivants et généreux de surcroit. Gaspard Horvath était de ceux-là. Dès qu’elle le vit partir aux bras de la jolie Mirabelle, son sourire outrageusement accentué par des couches entières de mauvais rouge à lèvres, s’étira à l’idée de la prometteuse entrée d’espèces sonnantes.
Aussi, quand un cri déchirant s’éleva de l’alcôve concernée, c’est terrifiée qu’elle quitta sa caisse pour y accourir, accompagnée par la moitié de la salle commune.
_ Monsieur Horvath, tout va bien?
Pas de réponse. C’est seulement après un second appel qu’il ressortit en titubant, blanc comme un linge. Sous les regards anxieux ou paniqués, il tira de l’une des poches de son costume un mouchoir de tissu blanc pour se couvrir la bouche, prêt à vomir.
_ Ma Dinette, tu viens de perdre un client.
Il désigna du pouce l’intérieur de la chambrette. Ce que la maquerelle et quelques courageux découvrirent fut la cause des fréquentes insomnies dont ils se plaignirent par la suite. Mirabelle gisait au sol, nue, ses grands yeux verts révulsés fixant l’assemblée d’un effroi accusateur. De sa bouche grande ouverte crispée s’échappait une purée blanchâtre. Son corps restait figé dans sa dernière convulsion.
Gaspard perdit l’équilibre et se rattrapa tant bien que mal à une table basse. Alors que tout le monde se dispersait en hurlant à la maladie, la bougie, plus retenue par son support branlant, chuta.
Il est surprenant de constater combien le feu peut rapidement se répandre du plancher aux rideaux et contaminer les boiseries.
 Durant l’incendie de La « Dentellière Frivole », Emeline dormait à poings fermés. Elle ne su tout que le lendemain. 
Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 8 novembre 2009 20 h 04 min

    Yeah! Le retour tant attendu de notre belle nouvelle!
    Comme d’habitude, je trouve ce passage fort alléchant, je dirai même flambant pour reporendre mon fou rire idiot d’hier!
    Continue sur ta lancée! La suite! La suite!
    *Il faudrait peut-être que je m’y remette moi*

  2. cplegende permalink
    20 novembre 2009 21 h 41 min

    Belle interlude, elle rappelle l’atmosphère infectée (par la grande faucheuse) de l’histoire. Une piqure de rappelle pleine de style quoi. Ta plume ne déçoit pas comme toujours. La suite!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :